FAQ

  • Doit-on être membre pour participer ?

    Les personnes privées ne doivent pas être membres pour utiliser le Beki. Elles peuvent tout simplement échanger des euros contre des Bekis dans leur banque du Canton de Redange, ou retirer des Bekis de leur compte courant dans leur agence bancaire.

    Les entreprises qui souhaitent accepter les  Bekis doivent être membres, afin de garantir que cette monnaie reste limitée à un réseau bien déterminé. Seules les entreprises membres peuvent reconvertir les Bekis en Euros.

  • Qu’apporte le Beki à la région ?

    « Le pouvoir de l’achat pour la région » est le slogan du Beki. Cela signifie tout d’abord qu’à travers le Beki, le pouvoir d’achat reste lié à la région et justement pas comme avec l’Euro, qui découle hors de la région. Cela aide à maintenir et promouvoir une variété d’offres dont les consommateurs peuvent bénéficier. 

    « Le pouvoir de l’achat », cela signifie aussi, que par le Beki, les citoyens ont le pouvoir de renforcer leur région dans sa globalité. De ce fait par exemple, les entreprises acceptant le Beki forment un réseau de coopération où l’on se renforce mutuellement. D’autre part le Beki aide également à favoriser des liens sociaux ainsi que l’identité de la région, ce qui aide aussi les résidents venus de l’extérieur à s’intégrer plus facilement au réseau régional.

    Le Beki s’est en outre développé comme étant une image de marque régionale qui présente bien le canton de Redange comme une région innovatrice et durable.
    Internet est une bonne opportunité pour les régions rurales. Les entreprises ne doivent plus nécessairement opérer en région métropolitaine pour participer au marché économique.
    Mais cela veut dire également qu’internet met en concurrence toutes les régions. Voilà pourquoi le marketing régional devient de plus en plus important, et le Beki, via ce qui est démontré par sa forte médiatisation, en est un moyen idéal.

  • Est-ce que le Beki favorise la consommation locale ?

    Le Beki sensibilise et motive les consommateurs à consommer plus localement. 63,5 % de nos membres ont déjà indiqué dans une enquête de 2013 avoir changé leurs habitudes de consommation et privilégient les achats locaux depuis l’introduction du Beki.

    Mais au même titre que les personnes privées, les entreprises sont également des clients d’autres entreprises. Et c’est là que la logique derrière le Beki s’illustre brillamment : Pour ne pas devoir échanger leurs Beki en Euro (et perdre 5%), les entreprises cherchent à acheter un maximum auprès d’autres entreprises locales acceptant le Beki. C’est donc toute une réaction en chaîne d’achats locaux que le consommateur provoque en payant en Beki.

  • Qu’apporte le Beki aux entreprises ?

    Le Beki en tant que publicité et instrument de marketing

    • Le Beki attire des clients qui souhaitent payer en Beki par conviction. En outre, à travers le projet Beki, les consommateurs sont sensibilisés à acheter davantage dans la région.
    • Le Beki est un instrument de marketing qui aide à fidéliser le client à long terme.
    • Publicité : Le site internet du Beki, offre une plateforme où les entreprises peuvent se présenter au public cible. En outre, une brochure contenant toutes les entreprises est régulièrement distribuée.
    • Une image positive, car la participation au Beki prouve que l’on supporte sa région et ses habitants, que l’on favorise l’environnement et que l’on promeut des organisations sociales. Le Beki est un label fiable, car il démontre qu’on est prêt à payer 5% en faveur de la région si on échange en Euro pour acheter au marché global.

    L’union fait la force ! Le Beki en tant que réseau de coopération :

    • Le Beki adhère également les entreprises à un réseau coopératif. Finalement, toutes les entreprises doivent à nouveau dépenser leurs Beki et ainsi se génère un réseau de coopération et de support entre l’un et l’autre.

    Cette collaboration permet de fidéliser le client à long terme. L’union fait la force !

    Le Beki, un moyen d’épargner des Euros

    • Lorsqu’un client vous paye en Euros et vous demande une remise, vous pouvez lui demander de payer le montant entier de la facture en Euro et lui rembourser le montant de la remise en Beki.  Cette "remise" pourrait être dépensée ou utilisée chez d'autres entreprises adhérentes du Beki, et/ou dans la vôtre. Et vous recevrez entièrement le montant en Euros!
    • Utilisez le Beki pour le sponsoring. Ainsi vous gardez vos euros et l'argent du sponsoring va donc de nouveau circuler et être utilisé dans la région.
    • Il en est de même particulièrement pour les entreprises : Pour chaque 100 Euro que vous échangez en Beki, vous recevrez 100 + 3 Beki!


     

  •  Quelles sont les conditions pour que mon entreprise puisse participer au projet Beki ?

    En tant qu’entreprise, il faut être membre de l’Asbl. « De Kär » pour pouvoir profiter des Beki. Ceci est dû à des questions juridiques : l’utilisation du Beki doit se faire au sein d’un réseau géographiquement limité. Le siège social, et/ou le magasin, la filiale doit se trouver dans le canton de Redange.

    En participant au réseau Beki,  les entreprises s’engagent à accepter un minimum de 200 Beki par facture d’un montant supérieur ou égal à 200 EUR. Autrement dit, personne n’est obligé d’accepter plus de 200 Beki, même si le montant à régler est supérieur.

  • Quels sont les frais pour mon entreprise si je participe et accepte des Beki ?

    Les frais d’adhésion s’élèvent à 100 BEKI/EUR par an.

    Si tous les Beki encaissés sont dépensés, il n’y a pas d’autres frais. Par contre, l’échange de Beki en EURO engendre des frais de 5 % à charge de l’entreprise. Donc des frais supplémentaires aux 100 BEKI annuels d’adhésion ne sont engendrés que si la participation au réseau est un succès et que donc on reçoit plus de Beki que ce qu’on arrive à en dépenser. Si on calcule ces frais de change sur le chiffre d’affaire total engendré au sein du réseau, ceux-ci s’élèvent à 1%.

  • L’entreprise est-elle tenue d’accepter tous les montants en Beki ?

    Lorsqu’une entreprise s’engage dans le projet « Beki », elle est tenue contractuellement d’accepter au minimum 200 Beki pour chaque montant facturé. Elle décide elle-même si elle souhaite permettre des paiements plus élevés en Bekis.

    Dans la pratique, on constate que la plupart des entreprises acceptent rapidement des sommes plus importantes, car elles remarquent qu’elles ne rencontrent aucun problème et que les possibilités d’écouler leurs Bekis sont nombreuses. Le Beki s’intègre en effet dans un réseau solidaire, et la plupart des entreprises en autorisent d’autres à payer avec des montants plus élevés, ce qui renforce la fidélité des clients à l’entreprise.

  • Est-ce que le Beki entraîne des profits supplémentaires ?

    Globalement, l’utilisation du Beki engendre un chiffre d’affaire supérieur dans la région et ceci en particulier pour deux raisons. Premièrement parce qu’au contraire des Euro, les Beki ne quittent pas la région et circulent donc plus longtemps entre les entreprises locales. Il s’est avéré que le Beki change en moyenne cinq fois de propriétaire avant d’être échangé en Euro. Cela signifie que si on dépense 100 Beki, ceux-ci engendre un chiffre d’affaire de 500 Beki dans la région. Ceci est dû au fait que les entreprises participantes essayent de dépenser leurs Bekis chez d’autres entreprises participantes pour ne pas perdre les 5 % en échange d’Beki. En d’autres termes, cela signifie que du point de vue d’une entreprise qui possède des Beki, les entreprises participantes sont 5 % moins chères que les entreprises qui n’acceptent pas les Beki.

    Deuxièmement, le Beki circule plus vite que l’Euro. A proprement parler, cela signifie juste qu’un certain chiffre d’affaires est atteint plus rapidement. Si on regarde cela sur une période fixe, p.ex un an, cela signifie un plus grand chiffre d’affaires à l’année.

    Cela n’est naturellement pas équitable pour chaque entreprise. Certaines reçoivent plus de Beki, d’autres moins.

    Pourtant, le but du Beki n’est pas la croissance économique, mais d’acheter moins chez les multinationales et plus chez les entreprises locales. Par conséquent, sans diminution ou augmentation de la consommation, l’environnement et l’économie locale sont favorisés. Les actionnaires des multinationales ne mourront pas de faim à cause de cela…

  • Pourquoi la validité des billets est-elle limitée dans le temps ?

    La Banque fédérale allemande a émis des recommandations sur la façon d’organiser une monnaie régionale, sans pour autant empiéter sur son monopole monétaire. Elle recommande entre autres que les billets ne restent pas valables indéfiniment. C’est pourquoi, en Allemagne, la plupart des billets de monnaie régionale expirent après un an, contre trois ans pour le Beki. Cette limitation de la validité a pour but d’éviter toute accumulation des Bekis, et de veiller à ce qu’ils restent continuellement dans le circuit pour favoriser l’activité commerciale.

  • Pourquoi prélève-t-on 5 % pour la région lorsque des Bekis sont reconvertis en euros ?

    Lorsqu’une entreprise reconvertit ses Bekis en euros, elle reçoit 95 centimes pour 1 Beki. Le but est d’inciter l’entreprise à ne pas convertir ses Bekis en Euros et de soutenir d’autres entreprises de la région en utilisant cette monnaie.

  • Que se passe-t-il avec ces 5 % ?

    2 % servent à la gestion des BEKI par l’Asbl. « De Kär ».

    Les 3 % restant font l’objet d’une donation à des organisations à caractère social. Le choix de ces organisations se fait par la personne qui échange ses EURO en Beki. 
    Au choix :

    • Asbl. « Op der Schock » à Redange
    • Autisme Luxembourg Asbl. à Beckerich
    • Atert-Lycée  Redange (Pour des projets d’étudiants)
    • Asbl. « De Kär »

    Depuis 2015, il est également possible de profiter soi-même des 3 % en recevant 100 + 3 Beki par tranche de 100 EURO échangés. (Aucun don n’est alors effectué à une des organisations susmentionnées).

  • Est-ce-que les Beki circulent plus vite que les Euro ?

    Le Beki circule plus vite que l’Euro. Il en résulte donc un chiffre d’affaires supérieur.